TÉLÉCHARGER PCANYWHERE 10 GRATUIT

Symantec préconise de désactiver pcAnywhere et d'attendre les correctifs L'éditeur de solutions de sécurité Symantec a conseillé à ceux qui utilisent son logiciel de contrôle à distance pcAnywhere de le désactiver. En effet, des pirates ayant eu accès au code source du produit pourraient tenter d'exploiter certaines failles de sécurité identifiées dans l'application. A l'époque, le vendeur avait déclaré que, compte tenu de l'âge de ces produits, les clients utilisant actuellement les logiciels Norton n'avaient pas plus de risque d'être visés par des cyberattaques. Cependant, Symantec a reconnu malgré tout que les utilisateurs de pcAnywhere, qui, ces dernières années, n'a pas évolué autant que les autres produits Norton, présentaient peut-être un risque suite au vol du code source. Des vulnérabilités dans l'encodage et le cryptage Dans un Livre blanc publié en début de semaine , Symantec a révélé que l'encodage et le cryptage utilisé par pcAnywhere pour sécuriser les communications de PC à PC étaient vulnérables. Notamment, si les attaquants parviennent à trouver la clé cryptographique utilisée par l'application, ils sont susceptibles de lancer des sessions de contrôle à distance non autorisées et pourraient potentiellement accéder à d'autres données stockées sur un réseau interne.

Nom:pcanywhere 10
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:34.36 MBytes



Symantec préconise de désactiver pcAnywhere et d'attendre les correctifs L'éditeur de solutions de sécurité Symantec a conseillé à ceux qui utilisent son logiciel de contrôle à distance pcAnywhere de le désactiver.

En effet, des pirates ayant eu accès au code source du produit pourraient tenter d'exploiter certaines failles de sécurité identifiées dans l'application. A l'époque, le vendeur avait déclaré que, compte tenu de l'âge de ces produits, les clients utilisant actuellement les logiciels Norton n'avaient pas plus de risque d'être visés par des cyberattaques.

Cependant, Symantec a reconnu malgré tout que les utilisateurs de pcAnywhere, qui, ces dernières années, n'a pas évolué autant que les autres produits Norton, présentaient peut-être un risque suite au vol du code source. Des vulnérabilités dans l'encodage et le cryptage Dans un Livre blanc publié en début de semaine , Symantec a révélé que l'encodage et le cryptage utilisé par pcAnywhere pour sécuriser les communications de PC à PC étaient vulnérables. Notamment, si les attaquants parviennent à trouver la clé cryptographique utilisée par l'application, ils sont susceptibles de lancer des sessions de contrôle à distance non autorisées et pourraient potentiellement accéder à d'autres données stockées sur un réseau interne.

Les identifiants de connexion de l'application peuvent également être interceptés avec l'aide d'un renifleur de réseau. Néanmoins, pour y parvenir, l'attaquant doit avoir accès au réseau via un ordinateur déjà infecté par un malware ou recourir à quelque autre méthode d'intrusion.

Ils doivent vérifier qu'ils utilisent bien la version Ils devront appliquer tous les correctifs appropriés dès leur disponibilité. Le Livre blanc de Symantec comporte des recommandations générales de sécurité et d'autres, spécifiques à pcAnywhere, ainsi que des liens vers des pages Internet où les utilisateurs pourront trouver des instructions pour désactiver ou désinstaller le produit.

Plusieurs logiciels Symantec impactés pcAnywhere est vendu comme programme autonome, mais il est également inclus avec d'autres produits de Symantec, notamment les versions 7.

Un patch pour la version Ces deux failles avaient été signalées à Symantec en privé par les chercheurs en sécurité Tal Seltzer Tal et Edward Torkington. Google revoit sa politique de confidentialité pour mieux cibler l'internaute Google a annoncé des modifications dans les règles de confidentialité de ses services. A partir du 1er mars, les utilisateurs n'auront besoin de valider qu'un seul document relatif à la politique de confidentialité pour 60 services You Tube, Gmail, etc.

Cette amélioration passe par la possibilité pour la firme de Mountain View de combiner des données issues de plusieurs services. Ainsi, Google pourra proposer un service de localisation lors d'un rendez-vous inscrit dans Calendar ou des informations sur la circulation.

Le moteur de recherche tirera aussi bénéfice de vos données pour affiner les résultats et vous proposer des publicités plus ciblées. A noter que le service Wallet n'est pas concerné par cette révision.

Impossible de désactiver le croisement des données Cette annonce constitue une révision importante de l'actuelle politique de confidentialité, a déclaré Pam Dixon, directrice du World Privacy Forum, un groupe de recherche sur les sujets liés à la protection des données.

Par exemple, ils en disent un peu plus sur la collecte et l'utilisation des informations provenant des terminaux mobiles. La dirigeante reste néanmoins prudente sur les intentions de Google et demande à l'entreprise de proposer une solution pour que les utilisateurs puissent désactiver le croisement des données. Sur la partie des garanties, Google est soumis, depuis l'affaire Buzz, à une surveillance de la part de la FTC sur les questions de confidentialité et cela pendant 20 ans.

De plus la révision de la directive sur la protection des données de la Commission européenne entraînera peut-être des ajustements ou des précisions de la part de Google sur sa politique de confidentialité. Microsoft dévoile l'identité du créateur du botnet Kelihos Microsoft a révélé le nom du créateur présumé de Kelihos, un botnet de spam qui avait abusé de Hotmail. Il tentait aussi de voler des données financières et de monter diverses escroqueries via le service de mails de Microsoft. Dans sa plainte déposée lundi , Microsoft a identifié l'homme comme étant Andreï N.

Celui-ci est domicilié à Saint-Pétersbourg, et collabore en freelance avec une société de développement de logiciels. D'après son cursus, il apparaît qu'il a travaillé comme ingénieur en logiciel et comme responsable de projets pour un éditeur de logiciels de sécurité informatique.

La dénonciation publique par Microsoft pourrait accroître davantage la pression sur la Russie et obliger les autorités judiciaires à mettre plus d'entrain à enquêter sur les cybercriminels. D'autres entreprises semblent perdre patience face à la passivité de la Russie à lutter contre l'activité des cybercriminels qui agissent depuis son territoire. De nombreuses souches en Russie Début janvier, un chercheur en sécurité informatique, la firme Facebook et la société de sécurité Sophos ont accusé cinq personnes également domiciliées à Saint-Pétersbourg d'être responsables de la création, en , du ver Koobface, pour infester le réseau social.

Le FBI mène une enquête très active à ce sujet, mais celle-ci n'a été suivie d'aucune arrestation en Russie. Sabelnikov n'apparaissait pas. La société d'Alexandre Piatti gérait un service d'enregistrement de nom de domaine dans l'espace. En octobre, Microsoft a abandonné sa plainte contre Alexandre Piatti après avoir établi que son entreprise n'avait pas collaboré avec les opérateurs du botnet Kelihos. Mais les accusations contre Andreï Sabelnikov relèvent aussi des lois américaines sur la criminalité informatique.

Cependant, il n'existe aucun précédent en matière d'extradition entre les deux pays, d'autant plus que l'article 61 de la Constitution Russe interdit toute extradition d'un de ses citoyens vers un autre pays. L'UE prône le droit à l'oubli et la portabilité des données La réforme de la directive de sur la protection des données est attendue depuis longtemps et elle fait l'objet de beaucoup de critiques.

Ce week-end, lors d'un discours à Munich, la commissaire européenne, Viviane Reding, a donné plusieurs indices sur le contenu de la proposition de directive qui devrait être présentée mercredi prochain.

Elle a indiqué ainsi que les sociétés seront tenues de divulguer le vol des données dans les 24 heures. Cette règle est considérée comme une réaction à la décision de Sony, victime d'un piratage massif des comptes sur PSN, d'avertir ses clients une semaine après la découverte du vol. Cela pourrait engendrer selon l'autorité américaine des amendes énormes pour les entreprises et semer la confusion chez les consommateurs en cas de fausses alertes.

Les critiques provenant d'un pays tiers avant même que la proposition de directive soit publiée ont été considérées comme peu diplomatiques par Bruxelles. Le projet de proposition suscite également des critiques au sein de la Commission, au point de revoir quelques positions dans les premiers jets du projet. Selon les versions qui ont fuité, seuls certains numéros d'identification, des données de localisation ou les identifiants en ligne seront considérés comme des données personnelles.

Viviane Reding affirme que les sites Internet qui collectent et conservent des données sur leurs clients seront tenus d'expliquer pourquoi il est nécessaire de garder de telles informations sur leurs bases de données et que le consentement explicite doit être donné par l'utilisateur principe de l'opt in. Le montant de l'amende maximale pour les sociétés Internet qui enfreindront ces prochaines règles est susceptible d'être révisé.

Le projet de directive va être présenté mercredi prochain par Viviane Reding, mais avant le vote définitif, nul doute que les actions de lobbying vont être nombreuses, aussi bien auprès de la Commission que du Parlement européen.

Attention aux faux sites Megaupload et aux dangers de phishing Les personnes derrière Megaupload travaillent peut-être dur pour rendre leurs serveurs à nouveau accessibles. Un seul site qui s'est identifié par une adresse IP, plutôt que par un nom, prétend être l'adresse du nouveau Megaupload. Il est peu probable, cependant, qu'un site aussi populaire que Megaupload ait recours à une adresse IP unique. Parce que cela voudrait dire que chaque visiteur accédant au site arriverait sur le même serveur.

Un retour n'est pas exclu Vendredi dernier, un des avocats de Megaupload a déclaré à Reuters que ses clients espéraient remettre le site en ligne. Les serveurs de la société sont probablement répartis à plusieurs endroits à travers le monde.

Jeudi, les autorités fédérales ont fait savoir qu'elles avaient arrêté quatre personnes affiliées avec le site accusées de distribuer illégalement des contenus protégés par le droit d'auteur, et qu'elles avaient des mandats d'arrêt contre trois autres personnes.

Certaines des personnes impatientes de voir le site de retour en ligne ne cherchent pas forcément à accéder illégalement à des contenus protégés. C'est le cas de Kyle Goodwin. Celui-ci anime le site OhioSportsNet qui diffuse les vidéos des évènements sportifs des écoles de Cleveland, Ohio.

Les vidéastes qui filment les rencontres sportives pour le compte du site, les téléchargent ensuite sur MegaUpload qui leur sert de plateforme pour transférer leurs vidéos à l'animateur. Celui-ci les récupère pour les monter et les mettre en ligne sur son site internet. Celui-ci sauvegardait une version de ses films sur MegaUpload, et en conservait une autre sur un disque dur externe.

Mais la semaine dernière, son disque a rendu l'âme. Selon lui, plus le temps passe, plus les chances de revoir Megaupload en ligne diminuent. Recap IT : Megaupload désintégré, Free Mobile soupçonné, Yahoo orphelin La première semaine suivant les annonces de Free Mobile a été l'occasion de recenser les répliques des différents acteurs de la téléphonie mobile MVNO et opérateurs traditionnels.

Mais la contre-attaque s'est déroulée aussi sur le plan juridique avec plusieurs huissiers diligentés par des opérateurs pour constater le non-allumage du réseau de Free Mobile. Ce dernier a nié ces allégations, mais constate que le recrutement d'abonnés était en avance par rapport à ses prévisions. Certains analystes tablent sur 1 million très prochainement et essayent de savoir quels sont les opérateurs les plus impactés.

Bouygues Telecom a annoncé que 25 de ses abonnés ont migré. Suite à la mise en place des contres offres tarifaires, Free Mobile affine ses réponses en ajustant certains de ses tarifs notamment à l'international. Megaupload fermé et défendu La bombe de la semaine a été lâchée jeudi aux Etats-Unis où le FBI a fermé le site Megaupload qui comprend plusieurs filiales de téléchargement et a procédé à l'arrestation de 4 personnes. Dans les 15 minutes qui ont suivi l'annonce, le groupe des Anonymous a riposté en attaquant plusieurs sites, dont le FBI et le Département de la Justice américain, mais aussi les sites des ayants droits et des majors du cinéma et de la musique.

En matière de sécurité, il ne s'agit pas de la seule information. Oracle a présenté une liste de 78 correctifs dont 27 qui concernent MySQL. Nos confrères d'InfoWorld ont par ailleurs découvert une faille critique sur la solution Database de l'éditeur. Même les éditeurs de solutions de sécurité ne sont pas épargnés, McAfee a annoncé que son produit cloud antivirus avait été détourné pour envoyer des spams.

Dans le classement des pertes de données, une filiale d'Amazon gagne ses lettres de noblesse en demandant à 24 millions de ses membres de changer leur identifiant et mot de passe.

Les acteurs IT plus riches en Petit coup de tonnerre dans la sphère des grands patrons de l'IT, avec l'annonce de la démission de Jerry Yang de son poste de Chief Yahoo. Le géant de l'Internet perd son co-fondateur et laisse le champ libre au CEO, Scott Thompson, pour choisir la meilleure stratégie pour l'avenir. De son côté, Salesforce. Il sera en charge des pays émergents. Si pour l'ensemble, a été une très bonne année, le 4ème trimestre a été plus timide. Microsoft adapte System Center aux clouds privés.

Avec cependant une nuance importante cette fois : le commanditaire de la collecte a été condamné alors même qu'il n'avait pas procédé lui-même à la manoeuvre frauduleuse mais l'avait juste exploitée.

En l'occurrence, la société DSE France est une entreprise de contrôle en bâtiment. Elle récupérait les numéros de téléphone portable des vendeurs de biens immobiliers en ayant recours à un prestataire spécialisé dans l'aspiration de données sur les sites web, en l'occurrence des sites d'annonces immobilières.

Une fois en possession des numéros de téléphone, l'entreprise envoyait ses messages publicitaires par SMS. L'attitude de DSE France était condamnable à deux niveaux : d'une part sur la collecte de données personnelles les numéros de téléphones , d'autre part sur leur usage l'envoi de SMS non-sollicités.

Pour l'instant, seule la CNIL a pris une sanction tout de même limitée : une amende de 20 euros. Elle s'intègre dans le mouvement plus vaste de la consumérisation de l'IT, c'est à dire dans l'usage de produits grand public au sein des systèmes d'information des entreprises. Le cas typique est celui du smartphone et de la tablette. L'Institute for High Performance d'Accenture a réalisé une enquête pour connaître l'état des lieux des pratiques et des attentes des collaborateurs.

La vague semble irrésistible et les DSI se doivent donc de l'accompagner sous peine d'être submergé, en condamnant la sécurité des systèmes d'information. D'ailleurs, un quart des salariés utilise de manière régulière ses propres outils, sans tenir compte des réticences des entreprises en la matière, notamment en matière de sécurité.

Certains outils sont des logiciels téléchargés sur Internet sans contrôle de la DSI. Parmi les attentes, il y a la possibilité de se connecter au système d'information avec des outils comme les tablettes tactiles personnelles. L'exemple vient d'en haut Innovation, productivité et satisfaction personnelle dans le travail sont les trois arguments avancés.

Le désir est si fort que plus d'un quart des personnes est prêt à payer lui-même les outils en question, sans aucun défraiement de son employeur.

TÉLÉCHARGER SNAPSEED WINDOWS GRATUIT GRATUITEMENT

Laquelle vous est destinée?

.

TÉLÉCHARGER ALBUM RUBETTES GRATUITEMENT

L'actu IT pour les TPE-PME

.

TÉLÉCHARGER PC SUITE POUR SONY ERICSSON W350I GRATUITEMENT

pcAnywhere 10. 0 optimise les accès

.

Similaire