TÉLÉCHARGER ADORATION CONGOLAISE

Il est également propriétaire de la chaîne de télévision Siloé TV [2]. Trois ans plus tard, il rejoint le groupe Les Étoiles de louange en tant que claviériste et chanteur par intermittence. Et le 2e album Nzambe Na Ngai Moise Mbiye s'impose et compte parmi les leaders du groupe, il fait sa première apparition dans la chanson Alléluia, composée par son père, Emmanuel Mbiye. Début , en pleine tourmente judiciaire, il sort un nouvel album Triomphe.

Nom:adoration congolaise
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:65.13 MBytes



Juillet Nous venons de parcourir l'hymnographie de Diawaku. Cette hymnographie n'est qu'une partie de l'héritage qu'il nous a légué. Mais, on peut se pose une question : parmi ceux qui se chantent encore aujourd'hui combien figurent dans un recueil ou dans les répertoires de chorales? Nous pouvons affirmer que nos richesses sont encore très mal connues ou simplement méconnues; il y a encore un grand nombre des fidèles qui ont oublié Diawaku ou simplement ne le connaissent pas.

Alors que son hymnographie rendue dans des textes en poésie et en prose, mise en musique, traduit l'effort d'un homme qui, hier comme aujourd'hui, veut communiquer le contenu de l'Evangile du Christ par les paroles compréhensibles.

Dans ses compositions, les mélodies sentimentales et le texte se rencontrent pour la beauté du culte aussi bien collectif qu'individuel. De l'hymnographie choisie de Diawaku, il ressort un enseignement, l'enseignement de l'hymnographie. L'homme est nourri de cette hymnographie pour vivre sa foi. L'homme est illuminé par cette hymnographie quand il fait minuit dans sa vie : il y retrouve la joie, la paix, l'espoir, la consolation dont il a besoin.

Et comme la musique exerce sur lui une influence très grande, tant sur son esprit que sur son corps, la beauté du texte l'appelle à élever la voix pour louer Dieu. En plus de l'enseignement de l'hymnographie choisie de Diawaku, il nous paraît indispensable de faire, à l'instar de Dom M. De son caractère, une description de l'hymnographie liturgique basée sur l'essentiel de ce qu'on peut retenir nous inspire ces quelques observations : — L'hymnographie liturgique choisie de Diawaku traduit en elle-même sa vie et surtout l'expérience religieuse 87 personnelle qu'il a faite avec Dieu dans sa vie.

C'est la réponse vécue de l'homme concret qui se trouve Mais, il est un fait à relever. Si nous faisons nôtre la pensée Heideggérienne de coexistence mitdasein , nous dirons que le monde auquel Diawaku se trouve est toujours celui qu'il partage avec d'autres, parce que l' être-au-monde est un être-au-monde-avec.

Car dans une certaine mesure, et comme l'écrit Michel Delahoutre, Une étude des phénomènes religieux suppose toujours une certaine sympathie, c'est-à-dire la faculté de participer à une expérience donnée, un éprouvant dans une large mesure les mêmes sentiments et en expérimentant la même signification qu'éprouve l'homme religieux dans une situation donnée Nous savons que la spiritualité d'un peuple, pour la définir, n'a des simplicités qu'apparentes. Car, rien qu'à la considérer globalement, nous nous rendons compte de sa complexité.

Comme l'écrit Octave Ugirashebuja, c'est, à la fois, sa religion, sa culture et son éthique. C'est tout ce qui permet à l'homme d'accéder à une pensée conceptuelle, à un vouloir délibéré, à la créativité artistique, à la réflexion philosophique et à l'expérience religieuse. Il s'agit donc de l'ensemble des valeurs de l'âme, aussi bien que des principes régulateurs de la vie dans toute sa complexité, biologique, politique et économique. La spiritualité de cette hymnographie est l'ensemble des valeurs de son âme qui est africaine, congolaise, Kongo et par dessus tout chrétienne, car si la spiritualité est ici culture, la foi chrétienne n'en est pas une.

Mais elle est le ferment de toutes les cultures. Elle touche et transforme la culture africaine, congolaise et Kongo sans altérer l'éternelle nouvelle histoire et message de Jésus-Christ par rapport aux racines de cultures. Car elle est écrite pour qu'elle soit chantée en Afrique d'abord partant du Congo. Elle n'est pas européenne ni américaine, ni afro-américaine Elle reste africaine et elle parle de la foi judéo-chrétienne vécue par nous.

De son historique, l'hymnographie liturgique de Diawaku se forme déjà un peu avant les années et s'arrête avant sa disparition. La mort met fin à cette entreprise, mais sans emporter l'héritage. Les sources de cette hymnographie sont occidentales quant à la théorie musicale et au principe de la composition hymnique voire l'isométrie strophique ou l'hétérométrie où les strophes s'ordonnent en groupe de vers, en nombre déterminé, avec un rythme propre qui forme un tout complet pour le sens et pour l'harmonie.

Et il faut dire que cette hymnographie dans ses débuts est liée à la traduction ou mieux à l'adaptation musicale des hymnes occidentaux. Cette réalité permet d'offrir au culte des grandes célébrations hymniques où la solennité du moment liturgique impose un grand choeur - d'un peuple chantant ensemble à la fois et dans le rapprochement des coeurs des hommes et des femmes en prière.

De sa pratique, l'Église en prière peut trouver en cette hymnographie liturgique, poésie chantée, un matériau de textes appropriés pour tel ou tel moment liturgique. Et cette poésie chantée ne peut s'exécuter que dans un cadre liturgique donné. L'appréciation de textes doit en tenir compte en plus des aspects musicaux. La pratique de l'hymnographie de Diawaku connaît, jusqu'à ce jour, un succès dans les coeurs de celles et ceux qui la chantent. Il faut avouer que les textes et la vie de l'auteur constituent l'exemple à suivre de par son vécu sur cette terre.

Nous convions l'Église et les fidèles protestants du Congo de s'en inspirer toujours individuellement aussi bien que collectivement. Car Diawaku offre dans son hymnographie des opportunités pour que la femme ou l'homme qui prie soit à même d'élever l'esprit en le pacifiant, pour entrer, par la contemplation en contact avec l'Autre N'est-ce pas qu'elle répond à des exigences de la vie chrétienne et ne vise pas seulement à exprimer le sentiment ou les émotions humaines fussent-elles profondes?

Cet élan de prière par la chanson est aussi l'invitation à la culture de paix pour ce monde marqué par des conflits divers. Les hymnes, les cantiques Car ce poème est chanté. Mais c'est du domaine de la musique ou mieux de l'art qu'il est question ici. Or, nous savons que tout art est porteur d'une histoire et d'un message. L'expression artistique est aussi criante dans l'expérience religieuse.

La musique est une science. Mais beaucoup plus un art. Roland de Candé soutenant cette affirmation, va plus loin quand il écrit : La musique est un art merveilleux où même les professionnels les plus endurcis trouvent à tout âge des émotions neuves, des sujets d'étonnement et des raisons d'apprendre. Immatériel, ou presque, cet art est pourtant plus direct et pénètre plus profondément en nous que les autres Certes la musique peut faire naître en nous des sentiments, lorsque l'émotion artistique nous élève vers une sorte d'identification au créateur.

Mais cette expression ne constitue pas son essence. C'est pourquoi il est absurde d'opposer, en musique, fond et forme, contenu et contenant. Car elle communique toujours une histoire, un message. Depuis les temps bibliques, les hymnes, les chants, les cantiques ont toujours exprimé entre autres la personnalité et l'expérience religieuse C'est ainsi que nous pouvons prendre, à titre illustratif, les expériences religieuses immortalisées de femmes et hommes bibliques ci-après pour nous permettre de cerner ce que nous voulons relever par rapport aux hymnes de Noé Diawaku; car avons-nous dit les hymnes ont leur vie cachée.

Ces simples mots combien profonds sont les fruits d'une expérience religieuse que Marie relate à Elisabeth. En effet c'est de la visitation l'ange Gabriel et du message de la naissance d'un fils à qui elle donnera le nom de Jésus qu'il s'agit ici. La liturgie romaine nomme ce cantique magnificat. C'est le Benedictus Dominus Deus Israël.

En plus de ceux-ci, ajoutons le cantique de Débora Juges 5 où elle chante son hymne de victoire sur les ennemis de Dieu d'Israël, le cantique de David 2 Samuel 1 , où il pleure Saül et Jonathan son ami, les Maccabées, les Psaumes L'énumération que nous avons faite ici constitue pour nous les quelques entrées paradigmatiques soutenant l'idée selon laquelle derrière un chant, un cantique, un hymne qui est un message où l'homme ou la femme trouve la voie pour s'exprimer en parlant de lui-même, car, se trouvant dans plusieurs situations, ou parlant de l'autre voire de quelque chose ou à quelqu'un d'autre Et, encore, l'histoire - socle de la composition - est toujours connue, si pas par un sphère réduit de gens, mais par l'auteur lui-même qui est le locuteur dans sa musique.

Qui est-il dans la locution? Que dit-il et ou de quoi parle-t-il? C'est le premier temps. Ensuite, chercher et trouver le statut du destinataire, de celles et ceux à qui ou de qui l'on parle dans l'hymne. En cela, nous arriverons à saisir, ne fût-ce que, quelque chose dans la vie cachée de l'hymnographie de Diawaku. Pourquoi pas de lui-même. Car dans une musique qui s'exprime, on le sait, rien ne se fait, au hasard.

Dans son expression, elle traduit la pensée de son créateur qui parle de quelqu'un et de ce fait de quelque chose. De l'hymnographie retenue, il ressort un seul type de locuteurs : un homme ou une femme anonyme, avec différents statuts pour quatre types de destinataires. C'est de l'homme ou de la femme en général qu'il s'agit. Ici, l'auteur de l'hymnographie se présente avec la figure de locuteur anonyme dans nombre de ses hymnes pour encourager, exhorter Entrons maintenant dans le monde de ses hymnes.

La fondamentalité de l'exhortation que fait le locuteur anonyme, ici, trouve aussi sa source dans les langues bibliques. Dans les textes vétérotestamentaires, les discours prophétiques, sacerdotaux, et sapientiaux s'assignaient pour fin l'exhortation du peuple d'Israël à écouter Dieu et à rester lié à Dieu dans leur marche avec lui Es 1, 16ss; Jr 4; Dt ; Pv 1,9.

Il se fait son consolateur c'est-à-dire quelqu'un qui - par ses mots, son vécu, ses expériences religieuses diverses - vient l'aider, l'encourager, le sortir du désespoir, lui rappeler que Dieu le soutient et que Jésus-Christ est sa victoire devant ses ennemis.

Il lui dit en ces termes : Tiens ta bannière soldats du Seigneur Lutte, lutte sans cesse, ton Dieu te soutient. La victoire est à toi, La victoire est à toi Marche, marche en avant, Tiens ta promesse, soldats du Seigneur; Combats, combats sans cesse Tiens ton cantique, soldats du Seigneur Chante, chante sans cesse Tiens l'Ecriture, soldat du Seigneur Prie chaque, jour sans cesse Ton Dieu te soutient La victoire est à toi la victoire est à toi marche, marche en avant O Soldat du Seigneur.

Les différents sens du parakaleô sont aussi indiqués dans les écrits néotestamentaires. C'est ce travail que fait Dieu : il nous console de toute affliction pour que nous puissions nous aussi consoler les autres en affliction.

L'exhortation dans ses différents sens est une recommandation pour l'Église et surtout pour tous les chrétiens dans la quotidienneté de leur vie. C'est pour cela Paul recommande à tous les chrétiens de s'exhorter mutuellement et de s'exhorter toujours. Lutte, lutte sans cesse, ton Dieu te soutient.

La victoire est à toi. Tiens ta promesse, combats, combats sans cesse. Tiens, ton cantique, chante, chante sans cesse Ou quand il le reprend aimablement et l'encourage à garder le premier amour et de ne jamais le gâcher. Car, l'amour, dit-il, est le lieu de la plénitude dans ce monde ici-bas.

Or en locuteur, il joue le rôle d'exhortateur - conseiller aussi quand il supplie son interlocuteur de choisir le chemin du salut qui n'est pas seulement en Jésus-Christ mais qui est Jésus-Christ lui-même.

Il est donc le passage obligé pour rencontrer Dieu. L'histoire cachée veut que cette chanson soit dédiée à la consécration du pasteur Lusakueno qui longtemps était lié à Diawaku dans le domaine du chant liturgique.

L'auteur a voulu, en quelque sorte, immortaliser cet événement pour que, d'une manière ou d'une autre, chaque fois que cet hymne sera chanté le destinataire principal puisse se rappeler de ses voeux envers l'Eternel. Mais aussi que le destinataire anonyme prenne, lui, la décision de recevoir Jésus le chemin du salut. Et même si ce repos ne lui serait accordé qu'avec la voie de la mort, Diawaku veut débarrasser de la vie du chrétien ,ce qu'on peut appeler, la peur de la mort quand il écrit : Lufwa lwa Mvuluzi.

TÉLÉCHARGER GTA CASABLANCA PC GRATUIT SUR 01NET GRATUITEMENT

Paroles Gael Music lyrics

.

TÉLÉCHARGER AGHANI HAZINA TORKIA GRATUITEMENT

Moise Mbiye

.

Similaire