TÉLÉCHARGER 99F GRATUITEMENT

Non indéniablement mes 33 premières années ont été parfaitement bien réussies. Mais je ne vais pas travestir la vérité. Je ne suis pas un gentil garçon. Je suis une grosse merde. Un héros moderne quoi. Donc voilà, je me prénomme Octave, Octave Parango.

Nom:99f gratuitement
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:9.44 MBytes



Fred Raillard et Farid Mokart, responsables d'une agence, l'ont vu. Pour L'Express, les quatre échangent leurs opinions sur le film, et bien entendu sur la pub. Retranscription intégrale, sans coupe ni censure, de leur conversation. Rien que des fils de pub. D'abord, Frédéric Beigbeder, 42 ans. Ensuite, Jan Kounen, 43 ans. Doberman et Blueberry, c'est lui. Il a aussi mis en scène une quarantaine de spots de pub. Enfin, Fred Raillard, 36 ans, et Farid Mokart, 41 ans.

Le bébé pour X-Box et le moustique pour Microsoft, c'est eux. En février , ils ont créé, avec Christophe Lambert rien à voir avec l'acteur , l'agence FFL, dont L'Oréal a immédiatement voulu être client.

Le quatuor arrive en même temps au lieu de rendez-vous, le salon d'un hôtel parisien très cosy choisi par Beigbeder. Issus du même milieu, ils se connaissent. Et restent lucides. Ce n'est pas à un publicitaire qu'on apprend à faire de la retape. Nous soutenir Farid et Fred, qu'avez-vous pensé du film? Fred Raillard : Vous allez être déçu : on a aimé.

D'abord, c'est beau. Ensuite, c'est l'adaptation réussie d'un livre culte. Ce n'était pas gagné. C'était même on ne peut plus casse-gueule. Accoucher d'une?

Vous avez travaillé en équipe, tous les deux? Frédéric Beigbeder : Oui F. J'ai été agréablement surpris. Les ellipses sont bonnes, le jeu est juste, faussement lourd dans les rapports.

Les situations se réfèrent à d'authentiques archétypes. Avec Farid, on se retrouve dans plusieurs personnages. Dans leurs défauts, puisqu'il s'agit d'une critique du milieu. Très fine. Le film est presque plus proche du reportage que de la fiction. Il ne tombe pas dans le cliché qui consiste à taper bêtement sur la pub, chose facile et répandue. Farid Mokart : Mais rien n'est manichéen.

C'est perturbant, car c'est une auto-fiction. Il y a la part de vérité, et celle d'imaginaire. La vérité, c'est la réunion de PPM [Pré Production Meeting, réunion visant à régler, en amont, les détails d'une campagne]. L'imaginaire, c'est le décalage critique, la distance, qui entraînent le film sur un terrain plus entertaining. Heureusement, car un film corporatiste aurait été chiant. Même le fait même de le critiquer relève de la schizophrénie. J'aimerai voir l'évolution de la critique entre le moment où le livre est sorti, quand Beigbeder, publicitaire inconnu du grand public, devenait d'un coup un personnage médiatique, et aujourd'hui, quand le personnage médiatique se retrouve à parler de publicité.

Vous êtes plus Octave que moi! Encore que votre patron n'avait pas aimé le livre. Là, il va aimer. Car entre temps, il a dû comprendre que ce que je dénonçais, c'est ce qu'il dénonce lui aussi : s'il a quitté toutes ces agences, c'est bien qu'il en a ras le bol de tous ces cons, de ces clients frileux? Vous-même reconnaissez comme vous étiez les seuls à le faire, il y a sept ans que, derrière quelques caricatures, 99 francs est réaliste. Si demain, vous réalisez un docu autour d'une réunion marketing, vous n'obtiendrez pas cela.

Là, en plus de la dimension spectacle qui doit et devrait remplir les salles, il y a le côté instructif, où on voit ce qui se passe réellement dans ce métier. On découvre le condensé d'une carrière en deux heures. La caricature est dans ce resserrage extrême. J'aimerais que toi et Fred disiez l'inverse : ce film est injurieux, scandaleux, débile et faux.

Sans quoi, vous ne nous aidez pas à lancer le film. On a besoin que vous soyez furieux. Quand les ventes ont commencé à grossir, ils ont avoué que j'avais écrit la vérité, mais qu'on savait déjà tout et qu'il était inutile d'acheter ce bouquin pétri de vieilles choses. Maintenant, ils ont trouvé un nouveau truc pour désamorcer l'affaire : dire que c'est génial et qu'ils adorent. Il existe différents types d'agences et de profils.

Le livre correspondait à ce qui existait à l'époque dans certaines officines? Le livre a été pris comme une déclaration de guerre à la publicité, quand en réalité, il s'agit de l'histoire d'un publicitaire qui n'arrive pas à faire correctement son métier, frustré et humilié parce qu'il n'arrive pas à vendre une bonne idée, face à des décideurs cyniques, racistes, méprisants, dangereux, nihilistes, misogynes.

Vous êtes exactement comme Octave aurait voulu être : démissionner de partout, partir à l'étranger, faire le tour monde, et monter votre propre structure afin d'enculer le métier. On est sur la même longueur d'onde!

Ce débat est impossible! Déjà à la sortie du livre, quand vous étiez installés à Londres, vous étiez les seuls à me défendre. On nous en a voulu. Que ce soit dans l'art, le journalisme, la mode, si vous dépeignez la réalité de leur environnement, vous ferez rire tout le monde. Frédéric Begbeider entonne la chanson. Suis-je un artiste qui parle de la pub, ou un fabriquant de produit culturel?

Adolescent, quand j'allais au cinéma, je trouvais la pub plus créative que le film qui suivait, produit culturel calibré pour des crétins avec une affiche basique sans originalité. Et aujourd'hui encore, je le ressens.

Il y a cette volonté de ne pas être dupe de ce système. Etre impliqué, mais ne pas se laisser avoir. Dans le milieu du cinéma, on est nous aussi confronté à des Duler [client principal de l'agence pour laquelle travaille le héros de 99 francs] qui sortent d'écoles de commerce et traiteront nos films comme un vulgaire produit destiné à finir dans un rayon de supermarché.

Se présentent deux solutions : tu es un artiste et tu te prends des murs toute ta vie ; tu acceptes la configuration, en t'appliquant le plus possible pour livrer un produit culturel honnête et créatif. Ce qui, ensuite, peut te permettre d'aborder des projets plus personnels. Derrière l'idée qui dénonce les manières obsolètes de la pub et la bêtise de certains clients, il y a une contestation assez rare dans une comédie française de toute notre façon de penser et de notre idéal de vie.

Tu dis que c'est un produit culturel, d'accord. Mais c'est un produit un peu plus lucide que Camping, par exemple. D'ailleurs, aucune chaîne hertzienne n'a voulu investir dans la production F. Aucune chaîne vivant de la publicité n'a mis un centime. En plus, il y a Jean Dujardin, on sait que ça va marcher ils ont encore l'idiotie de croire qu'un acteur suffit à attirer du monde dans les salles , mais on ne peut pas le faire. Car le cinéma relève après tout d'une gigantesque schizophrénie : comment conjuguer l'art et le pognon.

Un film, quoi qu'on en dise, reste un acte marchand. Dans le cinéma, qui demande beaucoup d'argent, on est confronté à des demandes, et on doit céder à des concessions. Le véritable art est de concilier avec le système, aller dans des territoires inexplorés et raconter les choses différemment. Il faut jongler. Il a déculpabilisé tous les artistes, qui désormais ont acquis le droit de gagner de l'argent avec leurs? Néanmoins, précisons que 99 francs, production conséquente de 11 millions d'euros, non contente de se passer des subsides de la télé commerciale, s'est interdit tout placement de produit -monnaie courante dans tous les films de cette envergure.

Ici, elle est offerte. On n'a pas le droit de dire du mal des marques. Le choix Kounen Après avoir caressé, en , l'idée de confier la réalisation de 99 Francs à Mathieu Kassovitz, le producteur Alain Goldman met fin, en , à de nombreuses supputations quant au nom du metteur en scène - Dominik Moll, Bertrand Blier et Alain Chabat ont été cités - en optant pour Antoine de Caunes.

Ce dernier travaille donc sur le scénario en pensant à Edouard Baer pour le rôle principal. Pas assez bankable aux yeux des investisseurs, ils sont débarqués. Ce dont traite, au fond, 99 Francs. Mais on a commencé par être condamné. Bon, c'était un combat dérisoire, car sans issue. Que faire? Arrêter d'aller au supermarché? Se balader nu pour ne plus porter de marques?

Le problème d'Octave, c'est qu'il est comme nous tous prisonnier de l'Occident. Impossible de sortir de cette vie, à moins de devenir moine ou ermite. A un moment, j'ai rencontré les types de l'association Casseurs de pubs.

TÉLÉCHARGER HITFILM 4 EXPRESS GRATUITEMENT

99 Francs: Extension du domaine de la pub

Fred Raillard et Farid Mokart, responsables d'une agence, l'ont vu. Pour L'Express, les quatre échangent leurs opinions sur le film, et bien entendu sur la pub. Retranscription intégrale, sans coupe ni censure, de leur conversation. Rien que des fils de pub.

TÉLÉCHARGER MEUHMEUHTV CANAL GRATUITEMENT

99 francs: le miroir dynamité de Beigbeider

Publicitaire de talent, il est aussi cynique, égoïste et irresponsable et mène une vie de débauche, faisant notamment un usage immodéré de la cocaïne. Il est chargé avec son collègue de travail Charlie de mettre au point la campagne publicitaire d'un nouveau yaourt que va lancer sur le marché le groupe Madone. Lors de la réunion où Octave, Charlie et Jeff, responsable commercial, présentent leur publicité à Alfred Duler, cadre supérieur de Madone, celui-ci la rejette. Frustré de voir sa créativité censurée, Octave veut quitter son travail mais Marc Maronnier, son supérieur, lui rappelle tous les avantages qu'il perdrait en faisant cela. Octave réussit à trouver son premier amour véritable en la personne de Sophie, une employée de l'agence, mais quand celle-ci lui annonce qu'elle est enceinte de lui, il réagit très mal et Sophie le quitte. À nouveau seul, il prend peu à peu conscience de ce qu'il a perdu et sombre à corps perdu dans les excès. Octave et Charlie mettent au point une nouvelle publicité pour Madone, très conventionnelle, et celle-ci est acceptée.

TÉLÉCHARGER IMESH GRATUIT POUR MAC GRATUITEMENT

Suivre l'auteur

.

TÉLÉCHARGER TYROLF DRUNK GRATUITEMENT

.

Similaire